Les adultes sont tous des hétéro(normés) dépressifs 

J’ai la peau de mes sœurs au bout de ma langue. Leur souffrance tue et ignorée à la pointe de mes seins.

A l’intersection de nos cœurs il y a l’espoir. Encore. Toujours.

Encore envie de toi. De tes seins plus lourds que la chaleur. Nos corps humides glissent dans la nuit. Je me sens libre en caressant mes poils de chatte. Ils n’aiment pas ça. Ni encore. Ni toujours.

Les adultes sont tous des hétéros dépressifs.
Je ne serai jamais adulte.

Ça pue les adultes. C’est rance et morose. Et c’est même pas capable d’empêcher de souffrir. Ni d’aimer.
J’ai le sang de mes sœurs sur mon clitoris. Pour ne pas oublier. Ton corps me réconcilie avec le mien. je ne savais pas à quel point je pouvais être moi. Je me sens tellement libre quand je caresse mes poils de chatte.  Les adultes pensent juste que c’est dégueulasse.

Non.
Je ne serai jamais adulte.

Illustration : Nikki Peccaso 

Mouille Orageuse

Mouille orageuse. L’asphalte est une mer déshumanisée. Les yeux en bandoulière. Marche volante sur un désert d’espoirs.
L’automutilation de ne pouvoir imaginer quelque chose d’autre. Ta binarité te tuera.
En attendant elle m’étouffe et m’oppresse.
Je déverse ma mouille en torrent sur tes orbites inhabitées.
La laideur c’est de ne plus rêver.
La violence c’est la déshumanisation mondialisée.
Je vois encore la voie lactée sur les trottoirs souillés. L’injustice me lacère toujours.
Mais l’amour inonde ma mouille. Ma peau. Mes yeux. C’est l’espoir.
C’est pas dégueulasse l’espoir.
C’est la mouille orageuse d’une sublime salope.