La possible étoile

Je pourrais nager dans l’espace avec mon œil vaginal.
Hypersensible étoile qui brille dans les tréfonds de mes entrailles
Ce n’est pas avec l’impatience patriarcale
que nous brûlerons le léviathan difforme et infâme étendu sur le sel de la mer.
Notre mère ignorée et atrophiée
Ce n’est pas en inversant le gangreneux pouvoir qui nous inonde que nous serons glorieuses et victorieuses. Ce n’est pas en étant comme eux que nous serons nous. Parce que j’exècre tellement ce qu’ils ont fait du monde, ce que nous avons abandonné et consenti, ce que je reproduis  trop souvent encore, que je ne peux être cette obéissante exécutante du système que je vomis.

Viens le temps du sein palpitant et volcanique, des vésuviennes muqueuses améthystes.
De notre RÉVOLUTION. Si nous ne savons pas ce que nous sommes, nous ne le deviendrons jamais.
Et ils gagneront toujours.

La règle du jeu est claire et cruelle :
Si je la suis je perds.
Si j’en invente une je progresse.
Ce n’est pas parce que le monde est dépourvu de justice et d’empathie qu’elles sont chimères. Elles sont utopiques parce que rien ne leur permet d’être, qu’elles ne sont pas utilisées.

Comment pouvons nous continuer à croire à l’impossible,
sans ne jamais essayer de le rendre possible ?

Créons ce que nous voulons et nous le deviendrons.

Non pas un féminisme d’opposition qui se limite au cadre qu’il pense combattre. Mais un féminisme humaniste. la plus incroyable pensée révolutionnaire. Celle qui peut encore tout car elle n’a jamais été. Non pas lutter contre le système mais le lâcher. Pas la destruction mais la construction d’une société qui réalise tout ce dont nous manquons.

Je sens le sang battre contre ma peau et la soulever. Je suis humide de nous. N’oublie pas l’impossible est impossible

jusqu’à ce que tu le rendes possible.

tumblr_o1n1a1Tsc71sktt22o1_1280.jpg
Louise Fishman, For There She Was, 1998

Les adultes sont tous des hétéro(normés) dépressifs 

J’ai la peau de mes sœurs au bout de ma langue. Leur souffrance tue et ignorée à la pointe de mes seins.

A l’intersection de nos cœurs il y a l’espoir. Encore. Toujours.

Encore envie de toi. De tes seins plus lourds que la chaleur. Nos corps humides glissent dans la nuit. Je me sens libre en caressant mes poils de chatte. Ils n’aiment pas ça. Ni encore. Ni toujours.

Les adultes sont tous des hétéros dépressifs.
Je ne serai jamais adulte.

Ça pue les adultes. C’est rance et morose. Et c’est même pas capable d’empêcher de souffrir. Ni d’aimer.
J’ai le sang de mes sœurs sur mon clitoris. Pour ne pas oublier. Ton corps me réconcilie avec le mien. je ne savais pas à quel point je pouvais être moi. Je me sens tellement libre quand je caresse mes poils de chatte.  Les adultes pensent juste que c’est dégueulasse.

Non.
Je ne serai jamais adulte.

Illustration : Nikki Peccaso 

Mouille Orageuse

Mouille orageuse. L’asphalte est une mer déshumanisée. Les yeux en bandoulière. Marche volante sur un désert d’espoirs.
L’automutilation de ne pouvoir imaginer quelque chose d’autre. Ta binarité te tuera.
En attendant elle m’étouffe et m’oppresse.
Je déverse ma mouille en torrent sur tes orbites inhabitées.
La laideur c’est de ne plus rêver.
La violence c’est la déshumanisation mondialisée.
Je vois encore la voie lactée sur les trottoirs souillés. L’injustice me lacère toujours.
Mais l’amour inonde ma mouille. Ma peau. Mes yeux. C’est l’espoir.
C’est pas dégueulasse l’espoir.
C’est la mouille orageuse d’une sublime salope.

Je ne suis plus une femme

J’arrache ma liberté avec ma langue qui nage
au creux de tes lèvres.
Tes doigts fouillent mon âme.
Ils ne connaissent pas notre existence parce qu’ils nous voient pas.

J’arrache ma liberté avec mon clitoris de gouine
et je respire dans une extase nouvelle mes
effluves de cyprine.

Pour ne plus jamais me taire.

Mon sein coule sous l’herbe. Radicalité des corps. Mon sexe ne sera jamais une prison.
Tes cheveux glissent sur mon visage. Je n’ai pas besoin d’être un homme pour te baiser et encore moins te faire jouir.

Je ne suis plus une femme.
Et je m’en réjouis.